#Med | Mon pire ennemi

Si vous me connaissez bien, vous savez que je ne suis pas du genre à chercher les embrouilles, ni à avoir d’ennemi en fait ! Mais disons que celui-là, il me cherche vraiment et que lui et moi on n’est pas tellement compatible… Il a tendance à me taper sur le système et même à me faire trembler parfois. Si vous me connaissez bien, vous savez de qui… ou plutôt de quoi je parle.

Il a plusieurs formes, peut être blanc, roux, rapide ou lent. Il ne se voit pas toujours, parfois on ne sait même pas qu’il est là. Il se faufile, s’incruste, se fait désirer, se fait oublier…

Mais surtout…  il est partout ce putain de sucre !

Oui, je sais, vous allez me dire :

“Ah ben ça va, ce n’est que ça ?!? Y’a des ennemis plus graves dans la vie !”

Certes. Disons alors que ce n’est pas mon pire ennemi. Disons que c’est juste … ma bête noire !

Quand j’étais encore une ado, mon taux de glycémie était un peu élevé. On m’a conseillé de réduire un peu les trucs sucrés. J’ai donc arrêté de boire des canettes d’Oasis tropical à longueur de journée et j’ai mangé beaucoup moins de gâteaux et autres sucreries. Mais, on ne m’a pas dit clairement à l’époque que j’avais du diabète. Alors j’avoue… j’ai fait attention sans vraiment faire attention !! #Contradiction

En 2010, fatiguée, pleine de carence, je suis allée faire un bilan complet. Chose que je n’avais pas faite depuis 10 ans (pas bien 😦 )

“Vous êtes diabétique équilibré !” J’étais presque fière de moi ! 😉

Outre des dizaines de medocs en plus (vitamines, fer, aide à la digestion…), on m’a dit pour la première fois que j’étais diabétique.

Je n’ai eu qu’un petit cachet à prendre une fois par jour et quelques recommandations d’alimentation. Sur le coup, je me suis même dit “C’est ça être diabétique?!?… ça va, ce n’est pas si terrible !”

Quelques mois plus tard, après avoir fait un nouveau bilan et sur le point d’entamer un long processus FIV pour avoir un bébé, mon endocrinologue m’a dit que le cachet ne servait à rien et qu’en plus il empêcherait toute grossesse.

Elle m’a bien prévenu que si je voulais être enceinte, il allait falloir que mon taux de glycémie soit impeccable. Alors me voilà partie avec la totale. L’insuline dans le ventre, le taux de glycémie à contrôler avant et 2h après chaque repas et puis surtout une remise en question de mon alimentation.

Parce que le sucre n’est pas que dans les bonbons et le chocolat (d’ailleurs il n’y en a pas trop dans mon chocolat noir 85 %… ouf !). Il est aussi dans les pâtes, le riz, les pommes de terre, dans pas mal de fruits et même dans quelques légumes, mais surtout dans mon aliment préféré… le pain !

J’ai donc appris à équilibrer mes repas et mes taux de glycémie, en mangeant de tout, avec quelques concessions. J’ai eu de gros moments de doute, d’énervement, d’injustice… surtout quand j’avais l’impression d’avoir mangé très sainement et que mon taux post-prandial (2h après le repas) était si élevé qu’on aurait dit que je m’étais empiffré 10 sachets de bonbons ! C’était tellement frustant. J’étais comme un funambule maladroit sur son fil. C’était pas toujours très stable, il y a eu quelques chutes mais je me relevais toujours et j’avançais doucement.

Je ne suis tombée enceinte qu’un an et demi après ma première piqure d’insuline. J’ai donc eu tout le temps de me préparer. Mais j’avais tellement la volonté, l’envie d’avoir cet enfant, et l’espoir de ne jamais lui transmettre mes gênes bourrés de sucre, que j’ai enchaîné les piqures dans le ventre en passant de 1 à 4 fois par jour. J’ai continué les piqures dans les doigts matin midi et soir. Et puis j’avais tellement de nausées que je n’ai pas mangé grand chose pendant 9 mois.

Mon bébé n’a pas été en reste, ne vous inquiétez pas. 4kg à la naissance mon loulou ! Ma boulette d’amour. Et un taux de glycémie au top … Quel soulagement !

Juste après mon accouchement, j’avais tellement fait attention pendant 9 mois, que je n’étais plus du tout diabétique. J’ai quand même continué à manger équilibré, sachant déjà au fond de moi que je voulais un autre bébé. En entamant les nouvelles démarches FIV, j’ai donc naturellement recommencé l’insuline, après près d’un an et demi de répit.

Cette 2e grossesse a été assez identique à la première. 4 piqures dans le ventre par jour, 6 piqures dans le doigt et les nausées pendant 9 mois. Et au final, une deuxième beauté de 4kg a pointé le bout de son nez, sans problème de diabète pour lui non plus.

J’avais gagné mon pari. Ils étaient tous les 2 en pleine forme, en bonne santé. Quelle fierté !

Mes bonbons à moi ❤


Comme 2 ans avant, après mon accouchement, je n’étais plus diabétique. J’ai tout jeté à la poubelle (enfin presque), stylos d’insuline, carnet de suivi, lecteur de glycémie… !

Mais quelques mois plus tard, il y a 1 an de ça aujourd’hui, le verdict est tombé lors d’un nouveau bilan… Mon hémoglobine glyquée (HB1Ac) était à 7,2 !! Ce qui n’était pas bon du tout. Il faut dire que les mois précédents, je ne faisais plus du tout attention, sans pour autant manger des morceaux de sucre hein, faut pas exagérer ! Mais disons, que je ne disais plus non à une part de gâteau, que j’osais enfin reprendre de la buche de Noël, ou un bonbon de temps en temps.

C’était ma faute. Je croyais quoi ? Je pensais que ça avait disparu comme ça, par magie et que ça ne reviendrait jamais ?!? Oui surement ! J’avais envie d’y croire même si au fond de moi je savais qu’il me rattraperait.

Parce que mon diabète n’est pas dû qu’à mon alimentation… c’est ma muco qui est derrière tout ça ! Oui, elle, ma fidèle acolyte, mon associée génétique, ma colocataire pathologique. Je pensais qu’on était d’accord toutes les 2 pour avancer ensemble. Mais que voulez-vous ? Après plus de 30 ans elle arrive encore à me surprendre !

Pour être un peu plus sérieuse 2 min, je dirais juste que j’ai été déçue quand j’ai dû recommencer mes piquouses quotidiennes. J’ai été déçue par moi-même. D’avoir lâché l’affaire si vite, d’avoir été trop optimiste.

Et puis, au bout de 10min, ce fameux côté optimiste a repris ses droits et je me suis dis “Mais attend, c’est pas si important en fait, y’a tellement plus grave dans la vie… et puis de toute façon, moi, je suis plus salé que sucré !”

Cheh ! Fuck you sugar !

Alors, peut importe comment, peut importe avec quoi/avec qui, je m’assure chaque jour de sucrer ma vie… à ma façon !

Supermarché – Musée Miniature à Lyon


Résultat de recherche d'images pour "freestyle libre"

P.S. : Dans quelques mois, je vous parlerais d’un nouveau truc qui me change mon quotidien… le freestyle libre ! Je l’ai depuis 1 mois et demi. Plus besoin de me piquer le bout des doigts. Je me bippe, comme un pack de 12 à la caisse d’un supermarché. 😛 C’est canon !

Peace & Love & Macarons !!!

#sucrelent #diabétique #hygiènedevie #alimentation #diabète #sucre

0 commentaire

Posts récents

Voir tout